Éclectic production

Menu

GUADELOUPE CÔTÉ NATURE

Réalisé par : Raynald Mérienne et Jean-François Méplon Diffusion : 2 novembre 2014 / France Ô / 52'

Quand Christophe Colomb réalise son second voyage en 1493, il débarque sur les côtes d’une île des Caraïbes et lui donne son nom : la Guadeloupe. Aujourd’hui, c’est une perle des Antilles françaises. Un joyau vert qui a été classé Réserve de la biosphère par l’UNESCO en 1993. Un archipel dominé par un des emblèmes du territoire : la Soufrière.

Avec ses 1 467 m, le plus haut sommet des Antilles est un volcan actif étroitement surveillé par l’équipe de l’Observatoire de volcanologie et de sismologie de Guadeloupe. Cécile Dessert, la directrice de l’observatoire et Thierry Kitou, un ingénieur d’études guadeloupéen, nous emmènent au sommet pour une mission de surveillance. Chaque mois, ils vont au plus près des fumerolles qui crachent de la vapeur d’eau et des gaz pour une série de prélèvements et de mesures. Dans une étrange atmosphère de brouillard et de souffles surgissant des gouffres et des failles, les scientifiques nous guident, pour partager leur travail d’auscultation du géant, jusqu’à la fumerolle du cratère Sud, un site dont l’accès est limité.

La Soufrière est au cœur de l’île de Basse-Terre. Un vaste espace sauvage protégé par le Parc national de la Guadeloupe. C’est le terrain de Louisbert Niçoise, un enfant du pays, qui propose des randonnées à cheval pour faire découvrir son "coin de pays" sous un angle original. En parcourant ces paysages, il mêle la grande histoire de l’île et des anecdotes insolites sur la vie des habitants.  Une balade qui finit sur une des plus belles plages de l’île par un bain dans la mer avec les chevaux…

Le voyage se poursuit sur Marie-Galante, à 30 km des îles principales. C’est la région de cœur de deux passionnés de plantes qui font revivre ici une activité oubliée. A partir des feuilles des indigotiers qui poussent à l’état sauvage sur l’île,  Ghislain Jonneaux et Anne Brouard relancent la fabrication d’une teinture végétale célèbre : le bleu indigo. Cette activité a été une des premières industries de l’île dès le XVIIe siècle. Anne et Ghislain nous conduisent à la découverte des vestiges d’une des 24 indigoteries de l’île.

Avec ses plages sauvages et peu fréquentées, Marie-Galante est aussi un site privilégié pour une espèce-phare de Guadeloupe : les tortues marines. C’est le plus important site de ponte de toute la région. Aidé par un vaste réseau d’associations, Antoine Chabrolle, de l’ONCFS, est chargé de la protection de ces animaux menacés. Accompagné de plusieurs éco-volontaires, il sillonne les plages pour repérer les nids et réaliser des comptages des œufs éclos. L’occasion de voir naître des bébés tortues…

Depuis plus de 20 ans, les tortues marines sont devenues le symbole des enjeux de préservation du littoral et des milieux marins. Pour mieux connaître les habitudes de ces animaux, Antoine Chabrolle et Eric Delcroix coordonnent une opération spéciale : la pose d’une balise Argos sur une femelle venue pondre. En pleine nuit, des bénévoles passionnés se joignent aux professionnels pour cette opération spéciale…