Éclectic production

Menu

EN REMONTANT LE LOT

Réalisé par : Lucile Bellanger Diffusion : 25 février 2015 / France 3 / 110'

Le Lot est une rivière sinueuse de près 500 kilomètres. De sa confluence avec la Garonne, en remontant vers les Causses du Quercy, jusqu’aux montagnes de Lozère, le Lot traverse une multitude de paysages et permet de faire un merveilleux voyage.

Notre remontée de la rivière commence en Lot-et-Garonne, avec Georges Lot, un historien. A bord d’un ULM, il  nous fait découvrir l’histoire de ce cours d’eau vu du ciel, en partant de la confluence avec la Garonne. Du Moyen Âge au début du siècle dernier, le Lot a été une importante voie de communication : il servait à acheminer des marchandises du Massif central jusqu’au port de Bordeaux. Témoins de cette intense activité économique sur la rivière : les tours péagères, qui percevaient des droits de passage, les bastides, les villes nouvelles du Moyen Âge, et le château fortifié de Lustrac. Le cours d’eau serpente dans une vallée couverte de vergers qui produisent la prune d’Ente qui donne le fameux pruneau d’Agen.

Au-delà du Bassin aquitain, la rivière s’écoule dans le département du Lot et traverse Cahors. Valérie Noyé, passionnée de patrimoine, fait découvrir l’histoire de cette ville depuis la rivière. Un voyage qui commence au pied du pont Valentré, un édifice classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Avec elle, nous pénétrons ensuite dans les Causses du Quercy avec ses paysages spectaculaires, ses fortifications construites à flanc de falaise, et l’étonnant chemin de halage, creusé dans la roche à la fin du 19e siècle pour faciliter la navigation. 

C’est alors la grande période industrielle du Lot et le phosphate fait la richesse de cette région. Des mines ont été exploitées pendant une trentaine d’années. On les appelle les "phosphatières". Aujourd’hui, ce sont des scientifiques qui partent les explorer, à la recherche d’étonnants fossiles, datant de plusieurs millions d’années. 

A Saint-Cirq Lapopie, l’un des plus beaux villages de France, des passionnés veulent acquérir la maison d’André Breton et en faire un lieu dédié à l’artiste. En 1950, le chef de file des Surréalistes achète une maison de marinier où il vient tous les étés. Elle deviendra, jusqu’à la mort du poète, le pôle d’attraction de ses amis surréalistes. 

Tout près de Saint-Cirq Lapopie, Le Lot rencontre le Célé. Cet affluent permet de remonter jusqu’à Figeac, la perle de cette rivière. Edifiée autour d’une abbaye, cette ville fut l’une des grandes cités marchandes du Quercy aux 13e et 14e siècles. Benjamin Philip, responsable du patrimoine de Figeac, nous emmènera à la découverte des splendeurs cachées de cette ville médiévale.

Le Lot traverse ensuite l’Aveyron et longe le plateau de l’Aubrac. Ce massif est un sanctuaire à préserver, car ce territoire recèle un trésor : l’eau. Avec ses nombreux ruisseaux, ses lacs glaciaires et ses tourbières, c’est un immense réservoir qui alimente le Lot. Gonzalo Diaz, accompagnateur en montagne, nous emmène de la cascade du Déroc, haute d’une trentaine de mètres, jusqu’aux Boraldes : une multitude de petites cascades cachées dans des vallées boisées qui dévalent jusqu’au Lot.

Nous quittons ensuite les pentes de l’Aubrac et ses cascades pour traverser le plateau, en direction du nord, et rejoindre la Truyère. C’est le principal affluent de Lot. Au cours du 20e siècle, des barrages ont été installés tout au long de cette rivière. Cette année, le barrage de Sarrans a été le théâtre d’une opération exceptionnelle. Il vient d’être complètement vidangé pour travaux. Une occasion unique pour Guilhem Vuarand, le directeur du barrage, de découvrir les vestiges du pont et du hameau engloutis lors de la mise en eau de la vallée dans les années 30.

Après Entraygues-sur-Truyère, nous remontons la vallée d’Olt en compagnie d’un amoureux de sa région. C’est à vélo qu’il fait découvrir les richesses de ce territoire. Première étape : Estaing et son château situé sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Plus loin, c’est un trésor de l’art roman, une des rares chapelles perchées de France, et enfin le château de Calmont d’Olt, une forteresse réputée imprenable, qui veille toujours sur la ville d’Espalion.

Après la vallée d’Olt, le Lot pénètre en Lozère, là où naît la rivière qui passe par Mende. Au cœur de cette ville surgit une cathédrale monumentale, édifiée par le Pape Urbain V, originaire du Gévaudan, au 14e siècle. Aujourd’hui, Dominique Vermorel et son équipe restaurent ses deux clochers : des joyaux d’architecture gothique. Ils redécouvrent, à cette occasion, des sculptures exceptionnelles.

Tout autour de Mende, des forêts ont été plantées il y a un siècle. Elles jouent un rôle essentiel car elles protègent cette rivière de l’érosion et des crues. Depuis, un oiseau emblématique a fait son retour : le circaète. Ce rapace ne se nourrit que de serpents. Jean-Pierre Malafosse, spécialiste de ce rapace, fera partager à Séverine Delorme, ingénieur à l’ONF, un moment exceptionnel : le nourrissage du jeune par sa mère. 

C’est aux côtés d’un groupe de randonneurs que nous atteindrons les sources du Lot. Ils marchent dans les pas d’un personnage célèbre : Robert Louis Stevenson. A la fin du 19e siècle, l’auteur de « l’Île au trésor" voyage dans les Cévennes en compagnie d’un âne. Nous suivrons ces randonneurs des sources du Lot jusqu’à un site magnifique : le sommet du Mont Lozère.