Éclectic production

Menu

"CIMON ET EPHIGÈNE" DE DULLAERT

Réalisé par : Sam Caro Diffusion : 13 novembre 2016 / France 5 / 26'

Cimon et Ephigène est un grand tableau d'histoire, mais une histoire longtemps restée inconnue jusqu'au jour où Werner Sumowski, un grand spécialiste des œuvres des élèves de Rembrandt, la découvre au milieu des années 80. 

Sumowski révèle que le tableau raconte une histoire, celle de Cimon et Ephigène, tirée de l'œuvre célèbre de Boccace, le Décaméron.

Le spécialiste a fait cette découverte en se rendant compte que d'autres peintres du XVIIème siècle, et non des moindres comme Rubens, avaient traité du même sujet.

C'est une découverte fondamentale dans la renaissance de ce tableau car à l'époque, il venait d'être retrouvé dans un état pitoyable, abandonné dans le grenier du musée d'Epinal.

Des recherches sont alors faites sur son auteur, sur son sujet et sur son parcours…C'est ce parcours que raconte ce film.

L'histoire de ce tableau a commencé dans les années 1670 à Rotterdam, il est signé Heyman Dullaert, un élève de Rembrandt encore mal connu mais qui intéresse de plus en plus experts et historiens d'art tant son œuvre est éclectique.

On ne sait pas ce que devient ce tableau jusqu'à ce que l'on retrouve sa trace en 1778 dans l'inventaire d'une des plus grandes collections de l'époque en Europe, celle des princes de Salm. Cet inventaire est établi à la mort du prince Louis Charles Othon, grand amateur d'art et jusque là prince régnant de la principauté de Salm, une petite enclave dans les Vosges coincée entre le duché de Lorraine et la France.

L'indépendance de cette principauté sera de courte durée car à la Révolution Française le successeur de Louis Charles Othon, le prince Constantin sachant que sa principauté va être rattachée à la France, s'exile dans son château d'Anholt en Allemagne. Il emporte avec lui 22 tableaux de maîtres, le reste de la collection restée dans son château de Senones est alors saisie par les révolutionnaires. Cimon et Ephigène en fait partie.

La collection est alors envoyée à la préfecture des Vosges en attendant que le futur musée d'Epinal soit achevé mais en 1808 un incendie ravage les salons de la préfecture, Cimon et Ephigène est miraculeusement épargné mais des chefs d'œuvre partent en fumée dont un Rembrandt…

A l'ouverture du musée en 1828, la collection des princes de Salm constitue le premier fonds. Cimon et Ephigène est présenté au public mais un siècle plus tard, surprise! On retrouve sa trace dans un catalogue sous le titre "un moment propice" et attribué à un autre auteur, Dusart, un peintre Hollandais également. Une erreur dûe peut-être à la signature peu lisible sur le tableau mais plus probablement au fait que Dusart était à l'époque un artiste plus prestigieux que Dullaert…

Pendant de longues années, le tableau tombe dans l'oubli jusqu'à sa découverte dans le grenier du musée en 1980.

Werner Sumowski réattribue le tableau à Dullaert puis fait le rapprochement avec la nouvelle du Décaméron de Boccace. Ces découvertes successives mettent en évidence l'importance de ce tableau, peu de toiles dans le monde sont attribuées à Dullaert,  il faut donc absolument sauver Cimon et Ephigène. Sa restauration est confiée à une équipe de 3 restaurateurs qui vont le ressusciter.

En 2002, la toile qui a failli plusieurs fois disparaître s'offre à nouveau aux regards des visiteurs.

C'est aujourd'hui l'une des pièces majeures du musée départemental d'art ancien et contemporain d'Épinal.