Éclectic production

Menu

LES COLÈRES DE LA TERRE : AU COEUR DU FEU

Réalisé par : Franck Gombert Diffusion : 9 janvier 2011 / France 2 / 52'

A chaque année son lot de feux de forêt, de flammes atteignant les 25 mètres de haut détruisant tout sur leur passage.
Dans ce numéro des colères de la terre, nous vous raconterons comment des feux de forêt sont venus attaquer deux villes, épargnées uniquement grâce aux efforts désespérés des hommes. Des récits croisés mêlant aventure et émotion, mais aussi l’occasion de mieux comprendre ces phénomènes : comment fonctionne un feu de forêt, pourquoi certaines régions sont-elles plus menacées que d’autre, y en a-t-il plus qu’avant, pourquoi s’attaquent-ils plus aux villes qu’avant ?
Autant de questions auxquelles nous répondrons grâce aux témoignages des victimes, des sauveteurs, mais aussi aux interviews des plus grands scientifiques du domaine.
Et pour ce faire, nous raconterons heure par heure, jour par jour, deux incendies des deux côtés de l’Atlantique, aux portes de Marseille et de Los Angeles. Pourquoi ces deux régions ? Nous découvrirons que cette région de la Californie a une végétation et un sol très proches de ceux du sud de la France. Un écosystème et un climat méditerranéens particulièrement propices à la propagation du feu.

Camp militaire de Carpiagne, dans les Bouches-du-Rhône, le mercredi 22 juillet 2009. Il est 14h. Pour les soldats, l’heure est à l’entraînement, sous un soleil de plomb. Sous les ordres de leur adjudant, un peloton de la légion étrangère s’exerce au tir à balles traçantes. Particularité de ces munitions : grâce à leurs propriétés pyrotechniques, elles émettent de la lumière. L’inconvénient, bien sûr, c’est que sur terrain sec et broussailleux, les risques d’incendie sont réels. Au coeur de la garrigue, en plein cagnard, les soldats vont en avoir confirmation.
Les buissons s’enflamment, la chaleur et le mistral accélèrent la propagation du feu, qui s’attaque bientôt aux pins présents en nombre dans le secteur. Nous suivrons son évolution et les dégâts qu’il occasionnera.

25 août 2009, près de la base principale des rangers de la « Angeles National Forest ». Après plusieurs mois de sécheresse, un petit feu se déclenche, s’attaquant bien vite aux pins qui règnent ici en maîtres. Sur les lieux, Billy Rider, ranger, se rappelle très bien. Malgré un temps sec, le départ de feu est lent, le vent est faible. Le premier jour, seules quelques dizaines d’acres prennent feu. Le terrain est accidenté, impossible pour les pompiers de l’éteindre immédiatement, mais pour l’instant, les rangers ne sont pas inquiets, ni les services de secours d’ailleurs.
Il faudra pourtant un mois et demi pour éteindre complètement l’incendie, et encore, grâce à des vents faiblissant et à la pluie. Pour autant, avec leur courage et leur détermination, les pompiers ont réussi à contenir le feu aux portes de Los Angeles. Le bilan est lourd : 12 000 bâtiments détruits, deux soldats du feu tués, près de 10 000 personnes déplacées.
Que s’est-il passé ?