Éclectic

Menu

SORODAS,LES FEMMES DE MAYOTTE

Réalisé par : Franck GRANGETTE Diffusion : jeudi 7 novembre 2019 / France Ô / 52'

Mayotte c’est un petit bout de France, une île oubliée située au large de Madagascar à plus de 8 000 km de Paris. Près de 95% de la population est de confession musulmane et un habitant sur deux est âgé de moins de 18 ans.

Depuis toujours ici, les femmes sont propriétaires des terres, les hommes réputés volages et polygames : ils ne sont que de passage.

La femme est « traditionnellement » reléguée aux fonctions en lien avec la sphère privée et la gestion du foyer. Cette coutume, très ancrée dans les mœurs, n’est pas du tout du goût des femmes mahoraises modernes qui prennent de plus en plus part à la vie sociale du couple, à mesure qu’elles contribuent de manière croissante à subvenir aux besoins (financiers, matériels, alimentaires…) du ménage.

Le poids de la femme sur la place publique et dans le paysage politique devient donc un enjeu de la société du 21e siècle. Les femmes mahoraises ne se cantonnent plus à la discrétion qui leur est habituellement recommandée. Elles s’inscrivent dans une logique plus participative. Inspirées par les Chatouilleuses, les commandos historiques de femmes qui ont mobilisé toute la population de l’île dès la fin des années 60 pour que Mayotte reste française lorsque les autres îles des Comores se lançaient dans l’indépendance, ces femmes d’aujourd’hui : les soroɗas -qui signifie « soldats » en comorien- sont désormais résolues à se faire entendre pour contribuer au développement de l’île.

Mayotte, c’est l’île des femmes qui décident, des femmes fortes, des femmes qui prennent en main l’avenir de leur terre. C’est l’île des combattantes.

Yasmina AOUNY est présidente d’un grand club de foot à Mayotte. Une première pour une femme dans cette île de l’océan Indien ! Très engagée pour faire évoluer la place des Mahoraises dans la société, elle est une figure incontournable. Porte-parole des Femmes Leaders de la vie publique à Mayotte, un groupe héritier des Chatouilleuses qui s’est battu pour Mayotte française, Yasmina participe à la construction du 101e département français, le 5e d’Outre-mer.

Mariame HASSANI a été la première Miss Mayotte en 2000. Pour elle, la société mahoraise doit résolument se tourner vers l’égalité hommes-femmes. Directrice d’une école maternelle située en zone prioritaire, elle contribue à bouleverser les codes ancrés dans les mentalités. Une éducation qu’elle a transmet aussi à ses filles : des Mahoraises modernes !

Anchya BAMANA est une personnalité politique de premier plan. Depuis 2014, elle dirige la commune de Sada, dans l’ouest de Mayotte. Fille d’un des artisans de Mayotte française qui a milité aux côtés des Chatouilleuses, Anchya œuvre à sa manière pour encourager les femmes à accéder aux postes de décision. Pour qu’elles ne restent plus dans l’ombre des hommes.

Des adolescentes du magazine CHAB’ participent à la rédaction d’un article papier à destination des jeunes. A Mayotte, plus d’un habitant sur 2 a moins de 20 ans. La jeunesse est tiraillée entre les diverses influences de l’île. Africaine, musulmane et française : un mélange des modes de vie qui bouscule la construction de ces adolescentes. Illustration de leurs préoccupations : la polygamie qui demeure encore dans certaines familles.

À l’ACFAV, Youssra HAMIDOU accueille et prend en charge une femme victime de violences conjugales. L’association, créée par l’une des Chatouilleuses il y a plus de 30 ans, est devenue une référence départementale dans l’aide aux victimes et particulièrement pour les femmes. Youssra et les membres de l’équipe de l’ACFAV contribuent aussi à briser la loi du silence car, à Mayotte, peu de victimes ont connaissance de leurs droits et rares sont celles qui portent plainte.

Ces Mahoraises sont les nouvelles Soroɗas de l’île !