Éclectic

Menu

PASSION PATRIMOINE: TERROIRS D'EXCELLENCE EN PROVENCE

Réalisé par : Saléha GHERDANE Diffusion : mercredi 16 septembre 2020/ France 3

Les artisans d’exception incarnent résolument l’avenir et le génie français. Ils sont les héritiers d’une longue tradition, sans cesse transmise et renouvelée. Pour ce nouveau numéro du magazine des Racines et des Ailes, nous avons sillonné la Provence à leur rencontre.

Depuis le 16e siècle, le château d’If dresse son imposante silhouette face à Marseille. Cette forteresse légendaire a été bâtie sur ordre de François 1er pour protéger la cité phocéenne d’une invasion maritime. Une partie des remparts menace aujourd’hui de s’effondrer, il est donc urgent d’intervenir. Philippe Allée, ingénieur du patrimoine, supervise ce chantier spectaculaire. Restaurer un tel monument en pleine mer, au cœur du Parc Naturel des calanques, constitue un véritable défi technique et écologique. Il faut acheminer des tonnes de matériaux sur l’île par hélicoptère mais aussi protéger les espèces rarissimes que ce site naturel prestigieux abrite.

Gilles Tournillon est un ébéniste d’exception. Toute l’année, il parcourt la Provence pour restaurer le mobilier sacré des plus belles églises de la région. Spécialiste des interventions complexes, Gilles possède un savoir-faire rare pour la restauration des œuvres d’art peintes sur bois. A Aix-en-Provence, dans la Cathédrale Saint-Sauveur, il inspecte en détail chaque millimètre du Buisson Ardent. Cet immense triptyque, peint en 1475 par Nicolas Froment, est l’un des fleurons du patrimoine français. Il a été peint sur un panneau de peuplier qui réagit aux variations climatiques. Depuis la canicule de 2003, le tableau a laissé apparaître une fissure que Gilles surveille comme le lait sur le feu.  A 40 km au Sud d’Aix-en-Provence, la basilique de Saint-Maximin abrite un autre chef d’œuvre grand format. Le Retable de la Passion d’Antoine Ronzen, se compose de 24 panneaux de bois peints au 16e siècle. Les ébénistes doivent aujourd’hui les déposer pour les envoyer en restauration. Une opération exceptionnelle pour une œuvre extrêmement fragile. Enfin, à Fréjus, les ébénistes peaufinent les derniers détails d’une mission d’envergure : la restauration d’une des plus belles portes sculptées de France, le trésor de la cathédrale Sainte-Léonce.

Dans le Sud de la Drôme, le petit village de Sainte-Jalle a été le théâtre d’une aventure agricole extraordinaire. La renaissance d’une céréale des pauvres aujourd’hui servie sur les tables étoilées. En 1997, un syndicat d’agriculteur s’est battu pour préserver ce blé rustique qui n’avait jamais été modifié génétiquement. Grâce à des pratiques vertueuses et un cahier des charges très strict, ils ont obtenu une appellation d’origine contrôlée.  Désormais, les consommateurs plébiscitent ce blé ancien. La demande explose. C’est au tour de la deuxième génération de trouver de nouveaux débouchés à ce caviar des céréales. Bière, pâtes fermières, … Cette céréale aux qualités nutritionnelles prodigieuses est aujourd’hui le fer de lance de toute la Haute-Provence. Un atout essentiel pour une agriculture durable

Entre Sisteron et Mont Ventoux, la vallée du Jabron est devenue la terre de formation des boulangers bio venus du monde entier. Défenseur d’un pain d’excellence, Thomas Teffri-Chambelland a créé une école de renommée mondiale au cœur d’un hameau reculé, sur les terres de son enfance. Chaque année, une quarantaine de stagiaires en reconversion viennent à Saint-Martin pour apprendre les secrets du pain au levain. Cette école permet à Thomas de dynamiser ce petit coin de Provence et de tisser des liens solides avec les habitants de ce territoire préservé. Grâce à lui, une nouvelle génération d’artisans-boulangers émerge, amoureux d’un pain d’exception.

A Pernes-les-Fontaines, Jean-Philippe Fally transmet avec passion son métier de ferronnier d’art à Julien, son jeune apprenti. Ces artisans d’exception étirent, sculptent et façonnent le métal à la force des bras pour des décorateurs installés aux 4 coins du monde. De chantier en chantier, ils nous font découvrir les trésors cachés de magnifiques hôtels particuliers du 17e ou d’étonnants châteaux néo-gothiques de la région. Jean-Philippe nous emmène également à Saint-Rémy-de-Provence, dans le Massif des Alpilles, pour installer une pergola dans un authentique mas 18 e en pleine restauration. On y découvre un étonnant jardin provençal.

Depuis le 18e siècle, Carpentras est un haut-lieu de la confiserie française. Défenseur de ce patrimoine culinaire remarquable, les Jouvaud sont célèbres dans toute la Provence. Pierre, 3e génération, est aujourd’hui aux commandes de la pâtisserie familiale. Il est le détenteur des secrets sucrés de toute une dynastie de pâtissiers. Dans sa cuisine, les fruits occupent une place de choix. L’une des spécialités de la maison, ce sont les fruits confits. Cette tradition familiale prend naissance dans des vergers d’exception autour du Mont Ventoux. Ce vaste territoire offre une mosaïque de terres fruitières extraordinaires. Ainsi, la vallée du Toulourenc est le berceau  de l’abricot rosé de Provence, une variété oubliée qui a été sauvée par les artisans confiseurs de la région. Pierre est toujours à la recherche de nouveaux fruits à confire.   Sa quête le conduit jusqu’aux îles d’Hyères. Le verger Conservatoire de Porquerolles rassemble 250 types de figuiers collectés aux 4 coins de la Méditerranée depuis 1979. De quoi inspirer notre chef-pâtissier.

Les artisans d’exception incarnent résolument l’avenir et le génie français. Ils sont les héritiers d’une longue tradition, sans cesse transmise et renouvelée. Pour ce nouveau numéro du magazine des Racines et des Ailes, nous avons sillonné la Provence à leur rencontre.
 

Depuis le 16e siècle, le château d’If dresse son imposante silhouette face à Marseille. Cette forteresse légendaire a été bâtie sur ordre de François 1er pour protéger la cité phocéenne d’une invasion maritime. Une partie des remparts menace aujourd’hui de s’effondrer, il est donc urgent d’intervenir. Philippe Allée, ingénieur du patrimoine, supervise ce chantier spectaculaire. Restaurer un tel monument en pleine mer, au cœur du Parc Naturel des calanques, constitue un véritable défi technique et écologique. Il faut acheminer des tonnes de matériaux sur l’île par hélicoptère mais aussi protéger les espèces rarissimes que ce site naturel prestigieux abrite.

Gilles Tournillon est un ébéniste d’exception. Toute l’année, il parcourt la Provence pour restaurer le mobilier sacré des plus belles églises de la région. Spécialiste des interventions complexes, Gilles possède un savoir-faire rare pour la restauration des œuvres d’art peintes sur bois. A Aix-en-Provence, dans la Cathédrale Saint-Sauveur, il inspecte en détail chaque millimètre du Buisson Ardent. Cet immense triptyque, peint en 1475 par Nicolas Froment, est l’un des fleurons du patrimoine français. Il a été peint sur un panneau de peuplier qui réagit aux variations climatiques. Depuis la canicule de 2003, le tableau a laissé apparaître une fissure que Gilles surveille comme le lait sur le feu.  A 40 km au Sud d’Aix-en-Provence, la basilique de Saint-Maximin abrite un autre chef d’œuvre grand format. Le Retable de la Passion d’Antoine Ronzen, se compose de 24 panneaux de bois peints au 16e siècle. Les ébénistes doivent aujourd’hui les déposer pour les envoyer en restauration. Une opération exceptionnelle pour une œuvre extrêmement fragile. Enfin, à Fréjus, les ébénistes peaufinent les derniers détails d’une mission d’envergure : la restauration d’une des plus belles portes sculptées de France, le trésor de la cathédrale Sainte-Léonce.

Dans le Sud de la Drôme, le petit village de Sainte-Jalle a été le théâtre d’une aventure agricole extraordinaire. La renaissance d’une céréale des pauvres aujourd’hui servie sur les tables étoilées. En 1997, un syndicat d’agriculteur s’est battu pour préserver ce blé rustique qui n’avait jamais été modifié génétiquement. Grâce à des pratiques vertueuses et un cahier des charges très strict, ils ont obtenu une appellation d’origine contrôlée.  Désormais, les consommateurs plébiscitent ce blé ancien. La demande explose. C’est au tour de la deuxième génération de trouver de nouveaux débouchés à ce caviar des céréales. Bière, pâtes fermières, … Cette céréale aux qualités nutritionnelles prodigieuses est aujourd’hui le fer de lance de toute la Haute-Provence. Un atout essentiel pour une agriculture durable

Entre Sisteron et Mont Ventoux, la vallée du Jabron est devenue la terre de formation des boulangers bio venus du monde entier. Défenseur d’un pain d’excellence, Thomas Teffri-Chambelland a créé une école de renommée mondiale au cœur d’un hameau reculé, sur les terres de son enfance. Chaque année, une quarantaine de stagiaires en reconversion viennent à Saint-Martin pour apprendre les secrets du pain au levain. Cette école permet à Thomas de dynamiser ce petit coin de Provence et de tisser des liens solides avec les habitants de ce territoire préservé. Grâce à lui, une nouvelle génération d’artisans-boulangers émerge, amoureux d’un pain d’exception.

A Pernes-les-Fontaines, Jean-Philippe Fally transmet avec passion son métier de ferronnier d’art à Julien, son jeune apprenti. Ces artisans d’exception étirent, sculptent et façonnent le métal à la force des bras pour des décorateurs installés aux 4 coins du monde. De chantier en chantier, ils nous font découvrir les trésors cachés de magnifiques hôtels particuliers du 17e ou d’étonnants châteaux néo-gothiques de la région. Jean-Philippe nous emmène également à Saint-Rémy-de-Provence, dans le Massif des Alpilles, pour installer une pergola dans un authentique mas 18 e en pleine restauration. On y découvre un étonnant jardin provençal.

Depuis le 18e siècle, Carpentras est un haut-lieu de la confiserie française. Défenseurs de ce patrimoine culinaire remarquable, les Jouvaud sont célèbres dans toute la Provence. Pierre, 3e génération, est aujourd’hui aux commandes de la pâtisserie familiale. Il est le détenteur des secrets sucrés de toute une dynastie de pâtissiers. Dans sa cuisine, les fruits occupent une place de choix. L’une des spécialités de la maison, ce sont les fruits confits. Cette tradition familiale prend naissance dans des vergers d’exception autour du Mont Ventoux. Ce vaste territoire offre une mosaïque de terres fruitières extraordinaires. Ainsi, la vallée du Toulourenc est le berceau  de l’abricot rosé de Provence, une variété oubliée qui a été sauvée par les artisans confiseurs de la région. Pierre est toujours à la recherche de nouveaux fruits à confire.  Sa quête le conduit jusqu’aux îles d’Hyères. Le verger Conservatoire de Porquerolles rassemble 250 types de figuiers collectés aux 4 coins de la Méditerranée depuis 1979. De quoi inspirer notre chef-pâtissier.

L’email a bien été copié
L’email a bien été copié
L’email a bien été copié